Chasseurs de planètes

 

2002 – Destination cosmos – Chasseurs de planètes – Réencoder pour WP – ( Qualité 480p, taille 46 42  – 400 256 Mo pour 46’31 », original 49’05 »), vérifié et bon pour le site.

 

2002 – Destination cosmos – Chasseurs de planètes – Avec freemake – ( Qualité 480p, taille 39 – 602 Mo pour 46’30 », original 49’05 »), vérifié et bon pour le site.

   Précisions techniques: Pour une raison inexpliquée, la vidéo originale ne pouvait être lue par le lecteur du site..? J’ai donc été contraint de la réencoder. Mais cela ayant considérablement diminué le poids du fichier de 400 Mo à 256 Mo, j’ai procédé à une remastérisation après laquelle le fichier pèse 602 Mo. Mais la qualité visuelle, elle, n’a pas, à mon avis, augmenté. Néanmoins, je vous laisse les 2 vidéos pour que vous puissiez en juger par vous mème.

                                                   ————————————————————–

   Résumé de: Destination cosmos – Chasseurs de planètes

   Cette série aborde les dernières découvertes sur le cosmos, notamment à l’aide d’images de synthèse et de témoignages de scientifiques du monde entier qui révèlent comment ils repoussent chaque jour les limites de la connaissance…
   Les astronomes se lancent dans la course à la découverte des exoplanètes, ces astres orbitant autour d’autres étoiles. La détection des exoplanètes est compliquée car elles émettent trop peu de lumière pour être directement visible par les télescopes. C’est en observant si une étoile oscille sous l’effet gravitationnelle d’une planète que l’on peut en détecter la présence. Ces variations de mouvement de l’étoile sont minimes mais peuvent désormais être détectées.

                                                   ————————————————————–

   Ajout personnel: Ce documentaire sur la recherche d’exoplanètes, vient s’ajouter à plusieurs autres sur le mème sujet sur ce site. Le chiffre en gras de l’année en bas de chaque vidéo vous donnant la date du documentaire, vous pouvez suivre dans le temps l’évolution scientifique de cette science naissante qu’est la recherche de planètes extra solaires!

                                                   ————————————————————–

   D’autre part, et cela n’est que justice, il faut rappeler que la découverte des 1ères planètes orbitant autour d’autres astres date de 1992, ce sont les planètes de pulsar. J’avais déjà précisé cela dans le documentaire « 2006 – C dans l’air- Pas seul dans l’univers?« . En en effet, tous les documentaires relatifs à ce sujet affirment constamment que Michel Mayor et Didier Queloz sont les découvreurs de la 1ère exoplanète (Peg. 51 pour les intimes), ce n’est donc pas tout à fait exacte. De plus si il y avait bien un endroit ou il ne devait justement pas y avoir de planète, c’était bien autour d’un pulsar. Cela rendait d’autant plus probable l’existence d’exoplanètes autour d’étoiles « normales ». Ceci, a au minimum conforté ou incité les chercheurs à persévérer et ne pas céder au découragement.

   Pour illustrer ce fait, voici un extrait du début de l’article « Les pulsars, des astres à planètes »

   « Le 6 octobre 1995, lors d’un congrès à Florence, les astronomes Michel Mayor et Didier Queloz, de l’Observatoire de Genève, rendent publique la détection d’un objet en orbite autour de l’étoile de type solaire 51 Pegasi. L’objet, d’une demi-fois la masse de Jupiter, est vite proclamé comme étant la première exoplanète jamais découverte par l’homme ! Est-ce si sûr ? Non, il faudra bien un jour reconnaître que les premières planètes de masses terrestres repérées autour d’un astre autre que le Soleil l’ont été quelques années plus tôt par l’astronome polonais Aleksander Wolszczan. Ce fut certes autour d’un astre particulier – un pulsar –, mais il s’agissait bien des premières exoplanètes connues. » 

   Et cette très courte vidéo:

2006– france 5- C dans l’air- Pas seul dans l’univers – Passage planètes de pulsar – ( Qualité 240p, taille 38 – 823 Ko pour 00’13 »).

   (le 30.03.2019), toujours sur le mème sujet: les pulsars et leurs planètes, voici une 2ème petite vidéo

2007 – Exoplanètes, ( The Universe, Alien planets) – Passage planètes de pulsar – ( Qualité 720p, taille 37 – 51.8 Mo pour 03’53 »).

   A noter que dans le documentaire « 2014 – Entre TERRE et CIEL – Arécibo, un télescope dans la jungle » à 19’28 » un passage est également consacré aux pulsars. Vous y apprendrez notamment comment composer de véritables symphonies à partir des différents rythmes de pulsar!

   Liens relatifs aux planètes de pulsar: Wikipédia, planète de pulsar

                                                         Les pulsars, des astres à planètes

                                                         Le sillage des planètes autour des pulsars

   Et une très jolie vue d’artiste du Pulsar PSR 1257+12 et de ses planètes (la 2ème photo sans distraction de texte):

   Parvenu à ce stade de votre formation de très jeune Padawan, les pulsars et leurs planètes devraient ne plus avoir aucun secrets pour vous. Dans le cas contraire, il est possible que vous vous soyez tromper de formation et que l’initiation à la science Jedi ne soit pas faite pour vous. Peut-être devriez vous changer d’enseignement et vous orienter vers l’ingénierie des moteurs interstellaires et plus particulièrement tout ce qui attrait aux inverseurs polarisés. Très important ça, les inverseurs polarisés!

                                                   ————————————————————–

   NB: La phrase à 10’01 » est un excellent moyen de visualiser l’incroyable gigantisme  des distances interstellaires. Imaginez le nombre de fois qu’il y a 1 seconde dans 50 ans et quand on pense que pendant cette seconde la lumière parcourt 300 000 Kms, cela rend concret ces inimaginables distances. Bien plus qu’en les exprimant en milliards de milliards de Kms (ici 450 trillions de Kms), ce qui perd rapidement toute signification pour l’esprit humain.

   Voici la définition de Wikipédia pour le trillion « En mathématiques, dans les pays utilisant l’échelle longue comme la France, un trillion est un milliard de milliards (109 × 109), soit 10 puissance 18 (en notation scientifique, 1018), c’est-à-dire 1 000 000 000 000 000 000« .

                                                   ————————————————————–

   Et d’autres photos tirées du documentaire: