Les forêts inexplorées de l’Amazonie Péruvienne

2015 – Les forêts inexplorées de l’Amazonie Péruvienne – ( Qualité 720p, taille 42 – 774 Mo pour 40’40 », original 42’55 »), vérifié et bon pour le site.

  

   Les forêts inexplorées de l’Amazonie péruvienne

   Les forêts pluviales du sud-est du Pérou abritent une biodiversité exceptionnelle. Ce film explore les fascinantes stratégies collectives de survie mises en place par les espèces animales qui y vivent. Pour éviter d’être pris pour cible, les criquets imitent ainsi les feuilles tandis que les paresseux se déplacent très lentement, sans attirer l’attention. Les capucins et les écureuils, eux, restent toujours en groupe pour dissuader l’assaut des aigles. À la saison des pluies, les papillons trouvent un moyen astucieux de recueillir du sel, alors que leurs sources habituelles de nutriments ont été dissoutes par les eaux torrentielles.
   Ajout personnel: Beaucoup d’images extraordinaires dans ce documentaires permises par la technologie actuelle, notamment pour les gros plans, j’en avais déjà fait la remarque dans le documentaire « Le défi de la gravité ». Dans ce film apparaissent de nombreux animaux aussi étranges les uns que les autres, et pourtant, ce n’est là, qu’une infime partie de l’invraisemblable richesse de la biodiversité de l’Amazonie. Mais comme il est stipulé à 40’00 », beaucoup de ces richesses risquent de disparaitre avant mème d’avoir été étudiées. Cette constatation dramatique comme je l’ai, maintes fois fait remarquer, revient à chaque documentaire.
   D’autre part, ce documentaire est original et important par la mise en évidence des innombrables partenariats, des invraisemblables symbioses existant entre les espèces. Ce sujet mériterait d’ailleurs qu’un documentaire entier lui soit consacré. En effet, il y a dans cette sorte  de relation quelque chose de fort étrange: quel est le point de départ de cette complicité, pour certaines on peut à la rigueur l’entrevoir mais certaines sont d’une telle subtilité que la question doit être absolument posée.
   Et cette constatation peut encore être poussée plus loin car ici nous sommes encore dans du concret, du tangible, ( bien que, déjà dans ce documentaire, certaines symbioses sont déjà biens mystérieuses), mais que penser quand la Nature utilise le spectre électromagnétique pour créer la vision ou bien le champ magnétique pour la migration des animaux. Ou, dans ce cas, se trouve le point de départ, et ceci trés tôt dans l’évolution des espèces. Car, que je  sache, la Nature ne se promène pas avec un oscilloscope en bandoulière, alors comment tout ceci commence? Par exemple, comment prend-elle connaissance de l’existence du spectre électromagnétique? La théorie de l’évolution débute juste aprés ce déclencheur!
   Tout ceci a une autre conséquence toute aussi importante, lorsque que les terriens sont responsables de la disparition d’une espèces, il provoquent par voie de conséquence la disparition des espèces en partenariat avec celle-ci. Ceci est dû, bien entendu, à l’extrême  spécialisation de ces symbioses.
   NB: Je m’étonne que dans ce documentaire, il ne soit pas stipuler que les myceliums des champignons cultivés par les fourmis découpeuses de feuilles n’existent que dans ces fourmilières.
   Voici, les liens Wikipédia pour: L’Amazonie
                                                Le Pérou
   Et d’autres photos tirées du documentaire: