Île de Pâques, le grand tabou

2016 – Enquêtes archéologiques – Île de Pâques, le grand tabou – ( Qualité 720p, taille 42 – 500 Mo pour 24’25 », original 26’06 »), vérifié et bon pour le site.

   Ajout personnel: une fois n’est pas coutume, je mets l’ajout personnel en premier. Ceci par pure réaction de colère. En effet ce que je redoutais c’est produit (cf. l’ajout personnel de « 2011 – L’énigme de l’île de Pâques« ): à 23’43 » l’archéologue précise bien que l’on a tort de comparer le présent avec le passé mais lui, ne s’en prive pas le moins du monde. C’est la, ou cela devient d’un total ridicule. Il semble sous-entendre, que puisque les Pascuans ont su s’adapter, il en sera de mème pour l’humanité d’aujourd’hui mème  avec la destruction tous azimuts qu’elle inflige à sa planète: la Terre. Il semble se servir de ce fait comme message d’optimisme  pour l’avenir des humains. Franchement ou est le rapport??? Actuellement, il s’agit de toute une planète qui est en danger. La Terre est dans un état plus que pitoyable, uniquement du à la surpopulation, le sujet le plus tabou qui soit et ce pour une raison totalement incompréhensible.

   D’autre part, il est tout de mème curieux que pas une seule fois au cours de ce documentaire, il soit fait allusion au passage du culte des ancêtres divinisés au culte de l’homme oiseau. Au contraire il est, ici, uniquement fait mention de son remplacement par le Dieu Maké-Maké. Une nouvelle fois, toujours ces contradictions: alors qui a raison..?

   Regrettable quiproquo, je laisse, néanmoins, le passage barré ci-dessus car il est très explicite pour comprendre ce regrettable malentendu. Tout découle des faits, que dans ce documentaire, pas une seule fois il soit fait mention du culte de l’homme oiseau et inversement pas uns seule fois, dans le documentaire « 2014 – Révélations sur l’île de Pâques« , il soit fait allusion au Dieu Maké-Maké or l’homme oiseau et le Dieu Maké-Maké font partie du mème culte. Heureusement, que les recherches sur le Dieu Maké-Maké ont permis de trouver l’article de Wikipédia, (cf. le lien ci-dessous) qui y est consacré. Dans celui-ci tout est parfaitement expliqué. On y apprend notamment que le navigateur Hollandais Jakob Roggeveen a assister également au cérémoniale du culte de l’Homme oiseau alors que dans le documentaire « 2014 – Révélations sur l’île de Pâques » il était uniquement fait mention de ses observation du rituel du culte des ancêtres divinisée: les Moaïs. Donc, il a du si l’on comprend bien, découvrir l’île en pleine période de transition religieuse avec les 2 cultes pratiqués simultanément. Ce qui ajoute, encore à la confusion, c’est qu’ici, la gravure dans la roche du Dieu Maké-Make est uniquement présenté sous la forme du tête d’homme, le lien avec l’homme oiseau n’est donc pas évidente.

   Cette article,de Wikipédia, permet également d’apprécier la justesse de la reconstitution historique du culte de l’homme oiseau faite dans le documentaire « 2014 – Révélations sur l’île de Pâques« .

   Voici le lien Wikipédia pour: Le Dieu Maké-Maké

   Il aurait été bon, qu’à son tour, cet archéologue soit moins affirmatif, moins catégorique plus ouvert…il reste, lui, aussi enfermer dans les limites de sa propre théorie, (pour information, il est l’auteur d’un livre portant le mème titre que ce documentaire).

   Mème si la thèse de l’écocide ne justifie pas à elle seule la disparition de la société des Rapa nui , elle n’est pas à rejeter avec désinvolture!

   Résumé de: Enquêtes archéologiques – Île de Pâques, le grand tabou

   On ignore ce qui est arrivé aux habitants de l’île de Pâques, les Rapa Nui : suicide écologique ou massacre ; l’archéologue belge Nicolas Cauwe avance une nouvelle hypothèse.

   Qu’est-il arrivé aux habitants de l’île de Pâques, les Rapa Nui ? Depuis des décennies, le débat fait rage entre les scientifiques. Selon la thèse du «suicide écologique», la plus répandue, les Rapa Nui se seraient entretués jusqu’au dernier, poussés par la faim après avoir épuisé les terres cultivables de cette île minuscule, d’à peine 25 kilomètres de long, à plus de 3 500 kilomètres de toute terre habitée. Nicolas Cauwe, l’un des plus grands archéologues belges contemporains, remet cette théorie en question depuis dix ans. Et ses découvertes sur le terrain racontent une tout autre histoire: selon lui, le peuple rapa nui aurait sciemment mis fin à sa culture et à sa civilisation, enterrant ses moaïs ou les couchant délibérément au sol, avant que n’arrive l’homme blanc et avec lui, l’esclavage.

   Un documentaire présenté sur Arte dans la série « Enquêtes archéologiques » expose une théorie récente sur les mystérieuses statues de l’île de Pâques.

   L’archéologue Nicolas Cauwe récuse l’hypothèse des luttes fratricides et du désastre écologique. Les Rapa Nui ne se seraient pas entretués il y a 300 ans. Certes un déboisement a eu lieu mais une activité agricole ingénieuse a permis d’éviter les famines.

   Quand on visite l’île, les guides le précisent bien, aucune statue n’a été retrouvée debout au début du 20ème siècle. Et bien que taillées dans le tuf, une roche friable, elles ne sont pas brisées, elles auraient donc été couchées intentionnellement avec précaution.

   Quant aux statues de la carrière dont on nous dit qu’elles sont inachevées ou en cours de transport, l’archéologue considère qu’elles sont, non pas inachevées mais, inachevables de par leur position, contre la falaise.

   Autre explication concernant les statues sur les flancs du volcan. Certaines ont été dégagées entièrement lors de fouilles et la partie enterrée est de couleur homogène, elles n’ont pas été transformées par l’érosion au fil du temps mais volontairement enterrées au 2/3 dans des fosses creusées au préalable, tout ceci pour effectuer comme une barrière, pour empêcher l’évacuation de nouvelles statues, pour une cessation d’activité.

   Les Rapa Nui auraient cessé à la fin du 17ème siècle le culte des ancêtres divinisés, auraient opéré une transition spirituelle, honorant désormais un Dieu polynésien Maké MaKé aux représentations plus discrètes (en deux dimensions). Un tabou (mot polynésien), un interdit, serait posé sur les carrières et les sculptures de moaï.

   Cette hypothèse remet en cause les tentatives d’explications de la disparition des Rapa nui par écocide alors que les habitants de cette île se sont peut-être simplement adaptés en changeant leurs valeurs.

   Voici le lien Wikipédia pour: La série « enquêtes archéologiques« , vous y trouverez, en autre, la liste des 30 épisodes.

   Et d’autres photos tirées du documentaire (en ordre chronologique):

 

   En cours d’élaboration