L’antilope du Tibet, une course pour la vie

2016 – Terres sauvages en danger – L’antilope du Tibet, une course pour la vie – ( Qualité 720p, taille 42 – 658 Mo pour 34’39 », original 44’00 »), vérifié et bon pour le site.

   TERRES SAUVAGES EN DANGER:

L’homme érige des barrières infranchissables, empêchant la migration naturelle d’espèces en voie d’extinction. Pour survivre, il leur faut trouver un passage. Une série documentaire en trois parties, pour comprendre comment ces animaux assurent leur survie.Reliant la Chine au Tibet, une ligne de chemin de fer, longue de plus de 1 100 kilomètres, traverse ainsi le dernier sanctuaire des antilopes appelées chirus.

   Résumé de l’épisode 1 : L’antilope du Tibet, une course pour la vie

   Le plateau tibétain, à plus de 4 000 mètres d’altitude. Au loin, les montagnes enneigées du Kunlun circonscrivent l’espace. Ici, la température hivernale tombe à -35° C, l’oxygène se fait rare. Dans ce contexte hostile, l’antilope tibétaine entreprend sa migration printanière. Mais aujourd’hui, sa route croise la voie ferrée Pékin-Lhassa.
    En 2006, les Chinois inaugurent la voie ferrée la plus haute au monde, à 4 000 mètres d’altitude. Reliant la Chine au Tibet, la ligne Qing-Zang, longue de plus de 1 142 kilomètres, traverse le dernier sanctuaire des antilopes appelées chirus. Pour ces bovidés, en quête de nouveaux pâturages où ils pourront vêler, les ballasts forment une muraille quasi infranchissable.

   Ajout personnel: Sur un coup de colère, j’ai supprimé de ce documentaire les interviews des intervenants scientifiques. Notamment, celui du spécialiste Japonais des chirus. En effet, tout au long de ses discours, on le vois tronné devant des dizaines et des dizaines de cranes d’antilopes. Parmi les infinies possibilités de présenter l’interview, il fallait évidemment prendre celle-ci.   Comme je l’ai écrit maintes et maintes fois, je suis plus que lassé de ce phénomène, dès qu’il y a la plus infime possibilité de montrer du morbide, c’est systématiquement cette voie là qui est choisie. Ne venait pas me dire que ces spécialistes n’auraient pas pu être interrogés dans un cadre plus amène, plus avenant. J’ignore ce que vous rechercher, à toujours, vous vautrez dans l’abjecte, le morbide? Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’il semblerait que vous n’êtes mème plus capables de détecter ce phénomène. Je vous rappelle que c’est le but mème de ce site( cf. la page d’acueil) d’enlever tout ça. Je suis lassé, lassé de cet état de fait omniprésent de cette époque,car s’il est question ici de documentaire, il faut préciser qu’il en va de mème pour les radio nationales, le cinéma etc…
C’est d’autant plus regrettable que les interviews de ces scientifiques, spécialistes de ces antilopes, étaient d’un réel apport pour le documentaire.

   Et ça ne s’arrête pas là, pour ceux que cela intéresse: Wikipédia consacre une page à l’antilope du Tibet dont je ne mets pas le lien ici pour cause d’image abjecte. En effet, l’une des photos de cette page est une tête d’antilope décapitée. Comme si il n’y avait pas d’autres photos à montrer. Le morbide, toujours le morbide, vraiment il y en plus qu’assez de cette débilité!

   Malgré tout, je pense avoir sauvegardé l’âme du documentaire, notamment relatif au courage de ces antilopes. Comment ne pas en être touché? Et félicitons le peuple Chinois de prendre « à bras le corps » le problème de la survie de cette espèce, peut-être, grâce à cela, les générations futures continueront-elles d’assister au fabuleux spectacle de sa migration. D’autant que l’humanité lui doit bien cela: comme il est précisé à 00’50 » de millions, elle ne sont plus que 150 000. Une ème espèce passée bien prés de la disparition qui montre une fois de plus l’incroyable pouvoir de destruction de l’humanité et son peu d’empathie pour le Vivant de sa propre planète, (et cela en quelques décennies..!)

   Voici le lien Wikipédia pour: Le Tibet

   Et d’autres photos tirées du documentaire (rappel, en ordre chronologique):