Papouasie, expédition au coeur d’un monde perdu

2016 – Papouasie, expédition au cœur d’un monde perdu – ( Qualité 720p, taille 42 – 1.55 Go pour 1Hr22’40 », original 01h27’00 »), vérifié et bon pour le site.

                                                                  ———————

   Résumé de: Papouasie, expédition au cœur d’un monde perdu

   Issu de la violente collision des plaques tectoniques, le massif de Lengguru, en Papouasie occidentale (Indonésie), est apparu il y a onze millions d’années sous forme de reliefs karstiques: grottes impénétrables, vallées et lacs isolés. Autant de barrières infranchissables qui expliquent l’isolement de la région, restée en bonne partie inexplorée. Cette situation particulière a permis le développement d’espèces endémiques, que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur la planète et sur lesquelles tout reste à découvrir. Parmi elles, certaines espèces primitives, prisonnières de ce territoire reculé pendant des millions d’années, constituent d’incroyables vestiges d’un monde perdu. Le massif de Lengguru occupe une superficie de 35 000 km2 (qui correspond environ à celle de la Belgique). Culminant à      1 600 mètres, le sommet de Kumawa est l’un des plus hauts du massif. Les forêts de Lengguru comptent jusqu’à 100 espèces d’arbres à l’hectare, une diversité absolument exceptionnelle. Pourtant communs dans ces latitudes, les félins et les singes sont absents du massif
   Conduite par l’Institut français de recherche pour le développement (IRD) et ses partenaires indonésiens du LIPI (Institut indonésien des sciences) et de POLTEK (École polytechnique des pêches et de la mer de Sorong), l’expédition Lengguru 2014 a réuni plus de soixante-dix chercheurs européens et indonésiens, (biologistes marins, spécialistes des mammifères, ornithologues, entomologistes…), repartis en 8 équipes, pendant 5 semaines. Coordonnée par Laurent Pouyaud, biologiste à l’IRD, cette équipe scientifique pluridisciplinaire est partie à l’aventure dans ces contrées lointaines pour percer les secrets de l’évolution et de l’adaptation des espèces. Des profondeurs marines aux dédales de grottes souterraines, jusqu’ aux sommets dentelés au coeur de la forêt tropicale, ce documentaire est une plongée fascinante dans un écosystème hors du commun. Lors de cette expédition, plusieurs dizaines de nouvelles espèces ont été recensées.

                                                                  ———————

   Ajout personnel:

   voici quelques liens relatifs au sujet de ce film:

   Lien Wikipédia pour: Papouasie (province Indonésienne)

                                           Nouvelle-Guinée occidentale

                                           Karst

   Et le lien officiel (IRD) pour ces expéditions scientifiques: 

Programme scientifique – Lengurru. Son menu vous donnera de nombreuses informations.

   Je vous mets ci-dessous la vue satellite de Lobo, port d’arrivée de l’expédition, provenant de Google-maps ainsi que son lien internet. Vous pourrez ainsi survoler à  votre guise la région et mieux la localiser dans l’ensemble de la Papouasie (Sac à papier! quelle époque nous vivons, j’en suis toujours au stade de l’émerveillement)

Lien internet: https://www.google.com/maps/place/39%C2%B001’04.8%22N+77%C2%B032’20.4%22W/@-3.7630903,134.1492093,12308m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x0:0x0!8m2!3d39.018!4d-77.539

   Pour plus de réalisme, n’hésitez pas à passer en 3D. Le résultat est assez « bluffant ». Faites d’abord, sur un mème endroit (par exemple sur la photo du lien ci-dessus), 2D-3D-2D-3D-2D-3D etc… pour bien comprendre ce que cela induit.

   Il est également fait mention du triangle de corail dans le documentaire « 2013 – Le choc des continents – L’Australie », cf. la petite vidéo ci-après. Outre ce triangle, la collision entre la plaque asiatique et Australienne y est également abordée. Rappel: c’est elle qui est responsable de l’émergence du massif de Lengguru, mentionné dans ce documentaire à 04’35 ».

2013 – Le choc des continents – L’Australie – Passage triangle de corail et mouvements tectoniques – ( Qualité 1024X576p, taille 50 – 81.6 Mo pour 07’44 »)

   Dans cette courte vidéo le triangle de corail est situé dans la mer de Banda alors que dans le documentaire principal, il est fait mention de la mer de Céram. Ceci n’est pas une erreur: La mer de Céram étant contenue dans celle de Banda, comme l’atteste le lien Wikipédia ci-dessous.

   Lien Wikipédia pour: La mer de Banda

   Vous pouvez aussi regarder les documentaires « La splendeur des Bahamas » relatifs au gigantesques banc de calcaire des Bahamas. Notamment « 2015 – La splendeur des Bahamas – 4 sur 5 – Bancs de sable« , vous y trouverez plusieurs liens, du plus simple au plus pointu, sur les roches carbonatées. On y mentionne aussi des espèces endémiques. L’épisode « 2015 – La splendeur des Bahamas – 1 sur 5 – Grottes et trous bleus » aborde lui aussi la faune spécialisée cavernicole, abordée sérieusement dans ce documentaire en Papouasie. Cet épisode peut donc venir en complément de ce film sur la massif de lengurru.

                                                                  ———————

   Et d’autres photos tirées du documentaire (en ordre chronologique). N’hésiter surtout pas à mettre sur pause, cela imite à la perfection un déroulement de diapositives. Il ne manque plus que le bruit du déclencheur:

                                                                  ———————

 

En cours d’élaboration (très grande patience)