Eaux profondes

   Comment faire pour télécharger, sous Firefox, une vidéo de ce site remarquable (hyper-euphémisme). Eh bien, c’est extraordinairement compliqué (niveau d’étude minimum requis: Bac +12, en fait Bac +15 serait et de loin préférable!). Suivez très attentivement les étapes suivantes, prenez tout votre temps, progressez lentement pas à pas. Nous sommes persuadés que vous pourrez y arriver. Surtout, gardez votre sans froid, afin d’éviter tout risque d’erreur susceptible de provoquer un désastre majeur au sein de la Galaxie. Si tel était le cas, nous déclinons, par avance, toute responsabilité!

   C’est parti, bonne chance:

   -Faire un clic droit sur la vidéo et choisir: Information sur la page

   -Sélectionner l’onglet: Média

   -Dans Adresse choisissez la vidéo et appuyer sur: Enregistrer sous… Puis sur Enregistrer

   Voila qui est étrange, la Galaxie est indemne. Vous avez donc du réussir. Bravo, nous sommes fiers de vous. Nous savions que vous pouviez réussir!

 

 

2015 – La splendeur des Bahamas – 5 sur 5 – Eaux profondes – ( Qualité 720p, taille 42 – 664 Mo pour 39’07 », original 42’58 »), vérifié et bon pour le site.

   Informations générales sur la série : La splendeur des Bahamas

   Niché entre Cuba et la Floride, dans l’océan Atlantique, l’archipel des Bahamas offre à ses habitants et aux touristes une terre tropicale d’une beauté saisissante. Ces centaines d’îles abritent depuis des millénaires une faune et une flore exceptionnelles. Une « splendeur » que cette série documentaire tente de dépeindre à travers cinq épisodes ambitieux, consacrés chacun à un thème précis relatif au lagon (grottes et trous bleus, mangroves, récifs coralliens, bancs de sable et eaux profondes). Guidé par quelques plongeurs, on s’enfonce dans les profondeurs des singulières grottes sous-marines et des trous bleus, témoins de l’histoire naturelle de la région, avant de découvrir les merveilles du récif. Des bancs de coraux aux marécages, toutes sortes d’espèces croisent notre route : langoustes, rainettes, barracudas, hippocampes, flamants… Certaines surprennent, à l’image de l’iguane terrestre semblant tout droit sorti de la préhistoire et menacé d’extinction.L’ensemble livre une collection d’images éblouissantes. Et dessine le portrait d’une terre idyllique aux richesses apparemment inépuisables

   Bahamas. Le nom, à lui seul, fait rêver. Et ce n’est pas Arte qui va apaiser nos envies d’y foncer, puisque la chaîne franco-allemande a décidé de consacrer une série documentaire de cinq épisodes à ce joyau tropical, abritant une faune et une flore spectaculaires, baignant dans les eaux tièdes de l’Atlantique. Le voyage est divisé en thèmes: les grottes et trous bleus – témoins de l’histoire géologique de l’archipel et repaire d’une faune exceptionnelle, les mangroves – écosystème indispensable à la survie du lieu, les récifs coralliens – où vivent plus de 150 espèces de poissons, les bancs de sable – adulés par les iguanes, dauphins ou tortues de mer et enfin les eaux profondes, qui emmènent nos mirettes jusqu’à 2.000 mètres de profondeur… Sur Arte, c’est rendez-vous au paradis!

   Résumé de La splendeur des Bahamas : Eaux profondes

   L’un des endroits les plus impressionnants des Bahamas est une zone appelée «langue de l’océan» : une fosse océanique qui plonge à plus de 2 000 mètres de profondeur. L’archipel, qui a interdit la pêche aux requins en 2011, en compte aujourd’hui quarante espèces, dont le longimane. Les eaux profondes abritent de nombreux mammifères marins, des dauphins aux baleines à bec. Elles hébergent aussi la sargasse, une étrange algue flottante qui peut former des masses de plusieurs kilomètres et sert d’abri à de nombreuses espèces aujourd’hui.

   Ajout personnel: Une nouvelle fois, j’ai du supprimer  plusieurs passages de carnage alimentaire. Notamment ceux ou l’on assiste et ce pendant des dizaines et des dizaines de seconde aux ripailles d’un requin s’acharnant sur une tête déchiquetée et tout cela bien entendu en gros plan. Combien de fois ai-je du répéter, sur ce site, cette phrase: « On se doute bien que les requins ne vont pas à la supérette du coin faire leurs emplettes alimentaires ». Alors ces scènes choquantes sont inutiles et franchement lassantes au plus haut point. C’est tout de mème consternant de constater leur récurrence dès qu’il s’agit d’un documentaire animalier..! Tout se passe comme si la vie d’une créature autre qu’humaine serait négligeable. Vous ne pouvez imaginer à quel point, cela est pour moi, une horreur absolue. En effet, elle permet aux humains en les déculpabilisant totalement de détruire toute la biosphère de cette planète. Bien entendu ils sont trop cons pardon stupides pour sentir qu’ainsi ils signent leurs propre destruction. Plus débiles que ça tu meurs. Et enfin, voila pourquoi c’est plus qu’un réel soulagement de ne pas voir d’humains dans l’espace interstellaire!!!

   Mais attention, une juste et nécessaire impartialité oblige ici à souligner qu’il existe au sein de la race humaine des individus totalement extraordinaires, dotés d’une immense empathie pour l’ensemble du règne du vivant. Des personnes qui essaient désespérément de faire bouger les choses en faveur de la Nature et ce bien souvent au prix d’une absolue abnégation. Mais face au rouleau compresseur de la destruction générale actuelle, c’est un peu le pot de terre contre le pot de fer. Ce qui est dramatiquement regrettable..!

   Et d’autres photos issues du documentaire:

 

  

 

 

En cours d’élaboration