Grottes et trous bleus

2015 – La splendeur des Bahamas – 1 sur 5 – Grottes et trous bleus – ( Qualité 720p, taille 42 – 733 Mo pour 42’08 », original 43’08 »), vérifié et bon pour le site.

   Informations générales sur la série : La splendeur des Bahamas

    Niché entre Cuba et la Floride, dans l’océan Atlantique, l’archipel des Bahamas offre à ses habitants et aux touristes une terre tropicale d’une beauté saisissante. Ces centaines d’îles abritent depuis des millénaires une faune et une flore exceptionnelles. Une « splendeur » que cette série documentaire tente de dépeindre à travers cinq épisodes ambitieux, consacrés chacun à un thème précis relatif au lagon (grottes et trous bleus, mangroves, récifs coralliens, bancs de sable et eaux profondes). Toutes sortes d’espèces croisent notre route : langoustes, rainettes, barracudas, hippocampes, flamants… Certaines surprennent, à l’image de l’iguane terrestre semblant tout droit sorti de la préhistoire et menacé d’extinction.
    L’ensemble, à mi-chemin entre documentaire animalier et magazine de voyage, livre une collection d’images éblouissantes. Et dessine le portrait d’une terre idyllique aux richesses apparemment inépuisables
    Arte nous convie à une exploration en cinq épisodes des îles, récifs et îlots des Bahamas, paradis tropical abritant une faune et une flore spectaculaires.

   Bahamas. Le nom, à lui seul, fait rêver. Et ce n’est pas Arte qui va apaiser nos envies d’y foncer, puisque la chaîne franco-allemande a décidé de consacrer une série documentaire de cinq épisodes à ce joyau tropical baignant dans les eaux tièdes de l’Atlantique. Le voyage est divisé en thèmes: les grottes et trous bleus – témoins de l’histoire géologique de l’archipel et repaire d’une faune exceptionnelle, les mangroves – écosystème indispensable à la survie du lieu, les récifs coralliens – où vivent plus de 150 espèces de poissons, les bancs de sable – adulés par les iguanes, dauphins ou tortues de mer et enfin les eaux profondes, qui emmènent nos mirettes jusqu’à 2.000 mètres de profondeur… Sur Arte, c’est rendez-vous au paradis!

   Résumé de : La splendeur des Bahamas, 1er volet Grottes et trous bleus

   À la découverte des îles, récifs et îlots des Bahamas, paradis tropical abritant une faune et une flore spectaculaires. Dans ce 1er volet, focus sur les nombreuses cavités naturelles des Bahamas, qui offrent un spectacle féerique et témoignent de l’histoire géologique de l’archipel. Les îles des Bahamas reposent sur un vaste plateau calcaire sous-marin. Sous la surface de l’eau ou dans des clairières au milieu de forêts, on trouve des centaines d’étonnantes formations calcaires uniques au monde, qui s’élèvent à des milliers de mètres depuis les fonds océaniques. Ces montagnes de coraux ont créé des réseaux de grottes, dont la concentration est ici la plus importante au monde. Les trous bleus, eux, se sont formés pendant la dernière période glaciaire, la baisse spectaculaire du niveau des océans ayant exposé le calcaire à l’eau douce, qui y creusa des grottes. Après la fin de cette période, les mers remontèrent, et les grottes se remplirent d’eau. Guidé par quelques plongeurs, on s’enfonce dans les profondeurs des singulières grottes sous-marines et des trous bleus, témoins de l’histoire naturelle de la région.
    Grottes sous-marines et trous bleus, spécifiques à l’archipel, ont été sculptés par les éléments durant des milliers d’années, avec la dissolution du bicarbonate de calcium et la lente évaporation de l’eau. Une multitude d’espèces s’y sont installées : chauve-souris, poissons, bernard-l’hermite, papillons, lézards, crevettes, crustacés invertébrés et autres grenouilles. Toutes ont développé des stratégies particulières pour survivre dans cet environnement particulier, ce qui ne les empêche pas d’arborer des couleurs parfois chatoyantes.
    Dans les îles Abacos, la terre est un véritable gruyère de calcaire, donnant naissance à une multitude de grottes et à des « trous bleus ». Des gouffres magnifiques, mais aussi des livres d’histoire pour les scientifiques : les zones faiblement oxygénées recèlent des fossiles préservés.
    Les autorités ont plutôt tendance à vouloir éteindre les incendies. Aux Bahamas, étonnamment, ceux-ci sont plutôt encouragés: bien contrôlé, le feu permet en effet de renouveler la flore.

   En cours d’élaboration